6 réflexions sur “Dépendance affective – peur de l’abandon & peur du rejet: la vraie solution”

  1. Bonjour Cyrille

    Je sais même pas par où commencer.
    Mais je serais courte et pardonner moi je vraiment beaucoup de mal a m’exprimer en français.
    Donc j’ai 53 ans et depuis mon divorce j’ai connue une personne et on vie pas ensemble mais on ce voit 3x par semaine et même si du départ j’étais d’accord avec lui ,je pense souvent à lui et peur qu’il me laisse pour une autre mieux et plus jeune que moi .Honnêtement je souffre énormément de cette peur de l’abandon. Sa fille va déménager pour 3 moi chez lui ,je commence déjà a me faire des idées noires .Je veux dire avec sa,c’est qu’il va m’oublier. Ils sont ils sont très fusionnelle.
    Que dois-je faire pour me libérer de ce poids qui me pouri ma vie..
    Comment faire pour ne pas penser comme ça.
    J’ai vraiment besoin de votre aide Cyrille.
    Merci beaucoup
    Ferni

    1. Bonjour Ferni,

      Au vu de ce que vous exprimez, un travail sérieux s’impose. Au choix, trouvez vous un thérapeute près de chez vous,en mesure de vous accompagner, ou contactez moi pour un programme complet.

  2. ça fait pourtant des années que je cherche, que j’écoute, je thérapise, je médite, je yoga, je jeûne, je rebirth, je raconte mon histoire rocambolesque, pour arriver à ce choc. Depuis 50 ans je me trompe… En vous écoutant, ce matin expliquer la dépendance affective, ses symptômes et ses sources, une évidence m’est apparue : toutes ces recherches et ces récits de ma vie tournent autour … de la source, la matrice, la naissance. Cette mise en perspective, en vous écoutant, m’a révélé que tout ce que je raconte, le rocambolesque de ma vie, n’est qu’une lecture biaisée des faits, que tout est conditionné par bien plus fort que mon “enfant intérieur” : mon bébé intérieur. Toute ma construction mentale, sociale, affective est tordue, filtrée, inversée par les ressentis prénatals : une mère dépressive qui ne me voulait pas et qui m’a laissée avec mon père désespéré quand j’avais 3 ans.
    La question n’est plus le récit des abandons, rejets, attouchements, perversités, ruptures, dépressions, et d’en vouloir à ceux qui m’approchent et me font du mal. La question est d’aller atteindre ces filtres matriciels (c’est le bon mot !) pour que mon cerveau cesse de tout interpréter comme “on ne m’aime pas, je n’ai pas ma place, on va me rejeter, je dois mériter l’affection par tous les moyens, et je serai de toutes façons punie pour mon comportement”.
    Un bout du chemin est de comprendre, mais il reste à “guérir” : wouahou… ça va secouer…
    Merci Cyrille pour ces paroles éclairantes.

  3. Très interessant, cependant c’est l’hypnose qui nous permet de nous ressouvenir et de revivre en changeant le scénario avec notre vision d’adulte dans la situation d’avant( BB) ?!
    Et le MDR, ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.